Appartenir (Goldman Jean-Jacques)

Mon doudou, mon chéri Mon amour Mon amant, mon mari Mon toujours Des mots si doux Mais qui m'effraient parfois Je ne t'appartiens pas Des mots si chauds Mais à la fois si froids Je n'appartiens qu'à moi