Je Marche Seul (Goldman Jean-Jacques)

comme un bateau dérive sans but et sans mobile je marche seul dans la ville tout seul et anonyme la ville et ses pièges ce sont des privilèges je suis riche de ça mais ça ne s'achète pa et j'm'en fous, j'm'en fous de tout de ces chaînes qui pendent a nos cous j'm'enfuis, j'oublie je m'offre une parenthèse, un sursis je marche seul dans les rues qui se donnent et la nuit me pardonne, je marche seul en oubliant les heures, je marche seul sans temoin, sans personne que mes pas qui resonnent, je marche seul acteur et voyeur se rencontrer, séduire quand la nuit fait des siennes promettre sans le dire juste des yeux qui traînent oh quand la vie s'obstine en ces heures assassines je suis riche de ça mais ça ne s'achete pas et j'm'en fous, j'm'en fous de tout de ces chaînes qui pendent a nos cous j'm'enfuis, j'oublie je m'offre une parenthèse, un sursis je marche seul quand ma vie déraisonne quand l'envie m'abandonne je marche seul pour me noyer d'ailleurs je marche seul ...