Laisse Avril (Doré Julien)

Au milieu des complots laisses avril mon amie nous scintiller le front. Devant la terre ouverte promets moi pour demain la plus belle des moissons. Au milieu du désert nous irons, mon amour, et nous prendrons la porte, Après nous le déluge pourvus que transportés nous dansions jusqu'à l'aube. Si tu as peur, si tu vois que la berge se dérobe prête l'oreille et tu me devineras. Si tu te blesses, si tu sens que la rive s'éloigne, fermes les yeux et dans ce geste tu m'oublieras. Au milieu du cyclone pèse un œil mon amante me dévisagera nu comme au premier jour tu sourie mon Amour, non ne t’arrêtes pas. Si tu as peur, si tu vois que la berge se dérobe prête l'oreille et tu me devineras. Si tu te blesses, si tu sens que la rive s'éloigne, fermes les yeux et dans ce geste tu m’oublieras. Au milieu des décombres laisses Avril mon ami nous scintiller le front. Si tu as peur, si tu vois que la berge se dérobe prête l'oreille et tu me devineras. Si tu as peur, si tu vois que la berge se dérobe prête l'oreille et tu me devineras.