Viborg (Doré Julien)

Barcelone en féline qui vient me griffer la bouche La Brésilienne en vitrine à qui je parle de nous Moi je paierais pour te revoir dans cette chambre rouge Le désert se souligne, sous tes pommettes bouge Un faucon éponyme de la terre des Peaux-Rouges Moi je paierais pour te revoir pour te parler de nous Viens je m'envole Le soleil s'éteint Entre Viborg et Rome Viens je m'envole Nous prierons demain Si le ciel nous pardonne Un Nikka, aigre-spleen puis tes reins sous la douche Un Tokyo héroïne qui se souvient de nous Moi je paierais pour te revoir Ysé noire robe rouge Viens je m'envole Le soleil s'éteint Entre Viborg et Rome Viens je m'envole Nous prierons demains Si le ciel nous pardonne Et à la fin crevons, crevons d'être trop riches Crevons d'être top gras, crevons d'être trop cons Pour que Viborg nous dise, nous disent d'être émus Nous dise qu'on existe, mais qu'on ne s'aimera plus Viens je m'envole Viens je m'envole